Artemisia ou la Vagabonde

Artemisia ou la Vagabonde

Opéra

Pour notre dernier jour, mes collègues voulaient visiter un musée ou dans le style. La dernière fois nous visitions le musée d'Orsay et pour cette fois j'ai choisie de visiter l'opéra Garnier.

 

Dés que l'on rentre dans l'Opéra, nous sommes transportés par les fastes de ce monument. C'est juste splendide.

Une visite simple mais grandiose pour les yeux.

 

Je n'ai pas eu la chance de voir un spectacle mais le lieu, son petit musée et sa bibliothèque sont déjà tellement impressionnants (mention pour les maquettes des décors).

 

QUELQUES EXPLICATIONS....

 

 

Une fois franchie la rotonde des abonnés, le bassin de la Pythie conduit au grand escalier et à la somptueuse nef de trente mètres de hauteur. Cette nef, bâtie en marbres de diverses couleurs, abrite les degrés de l’escalier à double révolution qui mène aux foyers et aux différents étages de la salle de spectacle. En bas de l’escalier, véritable théâtre dans le théâtre, deux allégories féminines tenant des bouquets de lumière, accueillent les spectateurs.

 

 

P1070184.JPG

 

 

P1070188.JPG

 

 

Dans la tradition des théâtres à l’italienne, la salle de spectacle en forme de fer à cheval dite à la française, en raison de la disposition des places selon leur catégorie, a été conçue pour voir et être vu. Sa structure métallique masquée par le marbre, le stuc, le velours et les dorures, supporte les 8 tonnes que pèse le lustre de bronze et de cristal équipé de 340 lumières. Le rideau de scène a été réalisé par les peintres-décorateurs de théâtre Auguste Rubé (1817-1899) et Philippe Chaperon (1823-1906), selon les indications de Charles Garnier. Le rideau a été remplacé à l’identique en 1951 puis en 1996. Le plafond peint par Marc Chagall et commandé par le Ministre de la Culture André Malraux a été inauguré le 23 septembre 1964.

 

 

 

P1070202.JPG
P1070203.JPG
P1070204.JPG
P1070205.JPG
P1070206.JPG
P1070207.JPG
P1070208.JPG
P1070209.JPG

 

À l’extrémité d’une longue galerie se trouve la rotonde du glacier, rotonde fraîche et lumineuse ornée d’un plafond peint par Clairin (1843-1919) figurant une ronde de bacchantes et de faunes, complété de cartons de tapisserie illustrant divers rafraîchissements ainsi que la pêche et la chasse. Terminé après l’ouverture du Palais Garnier, ce salon évoque l’esthétique de la Belle Époque.

 

 

P1070244.JPG
P1070215.JPG
P1070216.JPG
P1070218.JPG
P1070220.JPG
P1070222.JPG
P1070223.JPG
P1070228.JPG
P1070229.JPG
P1070231.JPG
P1070233.JPG
P1070238.JPG

 

 

P1070252.JPG
P1070255.JPG

 

 

 



14/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres